La ballade du scrotum mordu

Si tu voulais bien
Cesser de gueuler
Je pourrais t’expliquer

Ne prends pas cet air de martyr
Je t’ai juste mordu les couilles
Et pas très fort en plus

Laisse-moi jeter un coup d’œil
Non, je ne te toucherai pas
Je vais juste regarder

Ben voilà, on ne voit rien
Pas la moindre marque
Le sac à malices n’est pas percé

Bande, mon amour!
Bande encore !
Jusqu’à cent ans !

Dis-toi que ce n’était
Qu’une expérience qu’il fallait vivre
Un kink à rayer de ta bucket list

Je voulais juste essayer
Mais je n’aime pas du tout
Les poils m’ont chatouillé la gorge

Pas fameux, pas excitant
De ce point de vue
Je regrette vraiment

Cela dit il y a des gens paient
Pour se faire mordre les couilles
Juste avant de jouir

Parfois on leur lacère la bite
Parfois on la fend en deux
Et c’est donc deux fois plus cher

Des fortunes changent de mains
Des empires financiers se sont bâtis
Sur de simples morsures de scrotum

Le roi Lear légua son royaume à sa fille cadette
Qui sut transcender l’amour filial
Et lui mordre les couilles jusqu’au sang

Dieu lui-même au huitième jour de la création
Mordit dans ses propres schnolles
Et vit que cela était juste et bon

Oui, bon, d’accord
Je m’excuse, ok ?
On peut baiser, maintenant?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s