Sept nuits d’octobre

Fais de beaux rêves
Quatre inconnus et une ruelle
Quarante doigts qui me fouillent

Fais de beaux rêves
Des murs mous et muqueux
Goutte à goutte blanc et fiévreux

Fais de beaux rêves
Assise en classe toute nue
Et sur la langue un goût d’anus

Fais de beaux rêves
Bras liés et gorge nouée
Bâillons phalliques et sucres d’orge

Fais de beaux rêves
Vol plané dans les nuages
Montée par un nain qui me pistonne

Fais de beaux rêves
Spéléologue fébrile dans la grotte
D’une géante maquerelle

Fais de beaux rêves
Au matin quand les yeux se ferment
Membres brisés sentant le foutre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s